Balles perdues, années de plomb

Adaptation en BD d’un scénario de Walter Hill, voici un album qui réunit tous les ingrédients d’un polar. Glauque et envoûtant.

Dés la première page le décor est planté : nous faisons connaissance avec un tueur récemment sorti de prison, et qui annonce la couleur en parlant (très peu) avant de tirer (beaucoup) sur quasiment tout ce qui bouge ou presque.

Accompagné d’un chauffeur encore moins bavard que lui et au regard tout aussi énigmatique, il recherche à la fois un demi-million de dollars, trois personnes et la femme de sa vie. Afin de toucher ce tiercé, il va devoir franchir un nombre d’obstacles tout aussi compliqués les uns que les autres.

Nous plongeons ainsi sans temps mort dans un univers de mafia, de gangsters, de flics pas très nets, de femmes fatales, de mitraillettes thomson, de caïds sapés comme des milords et de personnages sombres et tourmentés qui collent parfaitement à un scénario dense, compliqué, mais passionnant.

Comment ne pas mentionner le dessin, d’une qualité stupéfiante et qui restitue cette atmosphère « noire foncée », cette ambiance des années 30 lugubre à souhait et ces superbes décors restitués avec une prédominance de jaune qui accentue le coté sépia d’époque et font de cet album une véritable tuerie.
 
Au final, Balles perdues  s’avère être un hommage des plus réussis à la série noire, avec une galerie de personnages-vraies gueules de cinéma-ou le nombre de balles tirées n’est pas quantifiable. Mais elles sont toutes finalement gagnantes et cet album en sort vainqueur haut la main.

Balles2 perdues2Balles perdues
De Walter Hill, Matz et Jef
Éditions Rue de Sèvres
122 pages, 18 €

Laisser un commentaire