Permanence budget du CCAS, l’expérience de l’écoute

Cité en exemple à suivre dans le manifeste contre l’exclusion bancaire, la permanence budget du CCAS de Grenoble, couramment appelée plate-forme, constitue bien une expérience originale adaptée à la réalité actuelle. Outil d’aide autant que de prévention, elle permet à des ménages en situation financière fragile d’être accompagnés dans leurs démarches. C’est l’occasion de prendre de la distance avec ses difficultés, de disposer d’un véritable état des lieux et d’envisager des solutions concrètes. Un accompagnement original qui défend une  conception de l’accompagnement où l’individu reste au cœur du dispositif et n’est pas réduit à ses seules difficultés.

Lutter contre l’exclusion bancaire

Des frais bancaires trop élevés, un chéquier refusé, des crédits à taux prohibitifs : voilà le quotidien de plus de cinq millions de Français. Pas forcément surendettés, mais rencontrant des difficultés financières, ils voient leur situation aggravée par des banques peu soucieuses d’aider leurs clients précaires ou fragilisés. Un état de fait que trois associations (La Croix Rouge Française, le Secours catholique et l’Union nationale des centres communaux d’action sociale) ont décidé de dénoncer via un manifeste rédigé en décembre 2011.

Dialoguer avec son banquier

Difficile de mettre en place une relation client-commerçant normale avec son banquier lorsqu’on dispose de faibles revenus (allocations fin de droit, pensions, minimum vieillesse, RSA). La fragilité d’un budget, un recours régulier au découvert ou au dépassement de celui autorisé, des accidents ponctuels (chèques rejetés) suffisent à faire de vous un sous-client à qui l’on n’hésitera pas à faire payer, parfois très cher, un écart ou une erreur de trésorerie, par des frais bancaires qui prennent la sale habitude de se répéter et de s’amplifier.